Une naturopathe en période de crise sanitaire Covid 19 ? Pourquoi faire ?

Nous vivons un moment historique… j’ai dit à mes enfants qu’à 43 ans, je n’avais jamais vécu un confinement et une crise sanitaire comme celle-ci. Et si toute ma famille va bien pour le moment, je pense aussi à tous les autres.

Ceux qui sont encore au travail pour permettre aux personnes confinées de pouvoir se nourrir et de…vivre. Il est très dommage que les « Autres professions de santé » comme on nous appelle, ne soient pas mobilisées. J’aimerais aider avec ma modeste contribution.

Dans un monde idéal, nous pourrions aider ceux qui ne sont pas malades ou contaminés par le coronavirus sans symptômes à renforcer leur système immunitaire, nous pourrions aider dans les hôpitaux pour accueillir, répartir les personnes vers les bons services etc.

Avec un peu de créativité et d’humilité, notre pays pourrait utiliser toutes les personnes ressources à leur niveau. Il est vrai que nous ne sommes pas médecins, nous ne sommes pas infirmiers ou infirmières, pas aide-soignant(es) non plus. Mais nous connaissons les êtres humains, la santé, le corps humain, nous savons observer un corps qui commence à aller mal. Nous savons aussi aider, accueillir, mettre en garde, informer…

Pourtant, nous restons simplement confinée pendant que certains membres de nos famille ou amis, soignants, sont effrayés, débordés, mal informés parfois.

Au milieu de tous ces comportements différents, comment agir comment trouver sa place ?

Difficile de sortir de son propre soi, de sa famille, de sa peur. Pourtant une crise sanitaire, nous montre avec une grande force à quel point le collectif est présent dans nos vies, à quel point il est fondamental. Lors d’une pandémie, le comportement de chacun peut avoir un impact sur les autres, il n’y a qu’à voir la petite animation du Washington post, pour le comprendre.

Dans une société menée par des comportements extrêmes, les réactions à la situation actuelle et au coronavirus sont souvent extrêmes, elles aussi:

– d’un côté les personnes qui ont peur, n’osent rien toucher, pensent que les boîtes aux lettres peuvent être contaminées par le coronavirus, sursautent dès qu’une personne tousse et s’éloignent etc.

– de l’autre les personnes très cools qui vont voir leurs voisins en confinement, et fument tranquillement des cigarettes sur les marches de leur petit village en se disant que le monde est fou tout en se félicitant d’être protégé.

Comment avoir un comportement responsable, réactif, adaptable, compatissant et…serein face au coronavirus ?

D’abord en s’informant, et lire (même pour les personnes qui ne travaillent pas dans le domaine de la santé), le Rapport du Haut Conseil de la Santé Publique au sujet du Coronavirus, Covid 19, « Avis concernant la prise en charge des cas confirmés d’infection au virus », daté du 5 mars 2020:

Covid 19 Rapport du Haut Conseil de la Santé Publique

Et concernant les préconisations: Préconisations pour les patients à la santé fragile

Ainsi, on a des informations relativement vraisemblables, concernant ce virus. je dis « relativement » car le recul étant léger par rapport à cette maladie arrivée récemment, des découvertes sont encore possible.

On y apprend notamment que (en italique des citations exactes):

« Le 9 janvier 2020 un nouveau virus émergent a été identifié par l’OMS comme étant responsable de ces cas groupés de pneumopathies en Chine. »

– « La transmission des coronavirus des surfaces contaminées vers les mains n’a pas été prouvée. Cependant, elle ne peut être exclue, à partir de surfaces fraichement contaminées par les sécrétions. Par ailleurs, les coronavirus survivent jusqu’à 3 heures sur des surfaces inertes sèches et jusqu’à 6 jours en milieu humide. Ainsi la transmission manuportée à partir de l’environnement est possible. »

La transmission du coronavirus n’est pas possible dans n’importe quelles conditions.

– Les symptômes cliniques peuvent être, par ordre de fréquence: pneumonie, toux, difficultés respiratoires, douleurs musculaires, céphalées, maux de gorge, écoulement nasal (4 à 5 % des cas testés, donc ce n’est pas uniquement un virus « sec » comme on peut l’entendre), diarrhées, nausées et vomissements…

Attention, les symptômes les plus importants (les 5-6 premiers) sont ceux qui montrent une maladie bien installée, toutes les formes ayant menées à un décès comptaient ces symptômes.

Cependant, il faut aussi garder à l’esprit que des milliers de porteurs sains peuvent avoir contracté le virus, peuvent le transmettre mais ne se savent pas infectés. Certains ne peuvent avoir qu’une petite fièvre, des désordres gastro-intestinaux etc.

Par conséquent, aucune personne n’ayant pas été testée peut dire: » Non, je ne suis pas atteinte, c’est un simple rhume. » Toute personne malade, même un peu, devrait éviter tout contact avec une personne à risque et tout aussi sagement, tout contact avec qui que ce soit. Et si elle doit être en contact avec des personnes, il faudrait qu’elle porte un masque même en tissu, si elle ne peut avoir un masque jetable, afin de protéger les personnes de ses sécrétions.

C’est un comportement responsable.

« Les enfants et les adolescents sont beaucoup moins souvent atteints de formes symptomatiques : ceux de moins 10 ans représentent 1% des cas, ceux de 10 à 19 ans 1% des 72 314 cas chinois décrits par Wu »

Si nous avons 5000 personnes contaminées par le Covid 19 ou Coronavirus, il peut déjà y avoir 50 enfants atteints du virus. Mais voir plus bas, Ce qu’on ne sait pas.

– « Wu rapporte aussi un taux de mortalité augmentant avec l’âge des patients : aucun cas répertorié chez les enfants de moins de 9 ans, 8% dans la classe d’âge 70-79 ans, et 14,8% dans la classe ≥ 80 ans et en cas de comorbidité (10,5% en cas de pathologie cardio-vasculaire, 7,3% en cas de diabète, 6,3% en cas d’affection respiratoire chronique,6% en cas d’HTA et 5,6% en cas de cancer »

La comorbidité (pathologie chronique déjà présente chez le patient) est une cause importante de mortalité ainsi que l’âge avancé. Comme dans la grippe, la rougeole etc.

Ce qui est inquiétant ?

C’est une maladie nouvelle et elle se répand dans le monde car elle est très contagieuse. Voilà, le plus inquiétant pour tous car on ne connaît pas ce virus et il nous échappe avec des symptômes parfois impressionnants.

La crise sociale et économique que nous sommes en train de vivre, terriblement révélatrice de chacun et de chaque pouvoir en place.

Et ce qu’on ne sait pas ?

Toute la population ne peut être testée et les pays sont très inégaux dans ce domaine. Les pays prévoyant ont beaucoup de tests de disponibles (la Corée du Sud, l’Allemagne…), la France ne teste que les cas graves. Si vous allez chez le médecin en étant porteur du Coronavirus Covid 19 avec des symptômes gastro-intestinaux, ou un rhume, nous ne serez pas testé. Ainsi, vous pourrez transmettre la maladie sans le savoir, en précisant à votre entourage que le médecin vous a dit que ce n’était pas le Covid 19.

Ce qui est rassurant ?

Si on teste trop peu, on ne connait pas le véritable nombre de personnes infectés, c’est simple. Aussi, le taux de mortalité est peut-être moins important que ce que l’on pourrait croire, rapporté au nombre véritable de personnes infectés qui est inconnu.

On peut agir en amont et préparer ses défenses pour aider notre corps à lutter contre le Covid 19 et les autres maladies, voir article ici:

Que puis-je faire pour améliorer la situation ?

Pour le monde:

Dans un premier temps: respecter les règles données par le gouvernement. Dans les milieux dits « naturels » ou « alternatifs », on voit de nombreuses personnes qui amenuisent, qui véhiculent des informations fausses, qui pensent que c’est une orchestration du gouvernement, un complot contre les mouvements sociaux etc.

Si c’est prouvé alors pourquoi pas, mais si ça ne l’est pas, on ne peut qu’émettre des hypothèses. Certes, elles peuvent être importantes pour faire avancer notre esprit critique, notre réflexion. Mais doivent-elles être une excuse pour ne pas appliquer le décret du gouvernement ? Car si on a raison peut-être qu’on peut répandre le virus sans danger pour personne, mais si on se trompe ? Les conséquences peuvent être trop graves.

Rien ne nous empêche de penser ce que l’on souhaite, c’est notre liberté, et de reprendre le combat que l’on portait dans son coeur avant la crise, une fois qu’elle sera terminée.

Dans un deuxième temps s’extraire de la situation pour l’observer, c’est ce que cet article propose de faire avec ces quelques pistes. Apprendre, lire les articles de Médiapart par exemple, qui nous montre une image de la France (gouvernement, salariés, syndicats etc.) qu’on ne peut avoir en restant simplement chez soi.

Continuer à travailler si nous le devons dans de bonnes conditions sanitaires, en sécurité. Eviter de mettre qui que ce soit en danger mais ne pas voir le danger partout. Remercier ceux qui travaillent pour nous et leur faciliter le travail lorsque c’est possible.

Penser qu’on ne peut pas mettre tout le monde dans le même panier, les situations peuvent être différentes dans un même corps de métier. Par exemple, un gros chantier de BTP peut être difficile à gérer au niveau sanitaire, mais un artisan charpentier qui travaille seul sur son chantier peut continuer à nourrir sa famille sans faire appel à l’aide de l’état s’il le peut.

Pour la famille, les amis, le cercle proche:

Donner un exemple citoyen et chaleureux à ses enfants, s’intéresser au sort de ses voisins, s’organiser pour aider ceux qui ne peuvent sortir faire leurs courses, proposer son aide, organiser sa vie et son temps sans se laisser dévorer par les écrans et les lectures anxiogènes.

Arrêter de rendre visite aux grands-parents…pour les protéger.

Pour soi:

Rester serein et alerte, prêt à s’adapter…à tout ! Avoir confiance dans le processus actuel qui va naturellement aller vers le mieux à un moment donné même si cela prend plus de temps que ce que l’on imaginait.

Devenir ou continuer à être créatif, voir la vie autrement, avoir de la gratitude envers qui on veut mais cultiver ce sentiment, c’est tellement bon pour le système immunitaire !

Booster ce système immunitaire avec de préparations naturelles qui ne vous ferons que du bien !

Tous les enfants nous regardent nous adultes, et calquent leur comportement sur le nôtre. Si nous sommes sereins, ils grandissent mieux et leur santé sera meilleure.

 


								
Je suis votre naturopathe, thérapeute conjugale/familiale et conseillère en périnatalité aux Mages à 20 km d'Alès (30100) dans le Gard. Au plaisir de vous aider ou de répondre à vos questions !

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de